Reconstitution de la forêt Ivoirienne : Plus de cinq millions d’arbres plantés cette année

0
19

Sous la conduite du ministère des Eaux et Forêts, plusieurs initiatives sont menées en vue de permettre à la Côte d’Ivoire de reconstituer son couvert forestier détruit durant ces dernières décennies.
Cette année, le ministère des Eaux et Forêts s’est fixé pour objectif de planter au moins cinq millions d’arbres forestiers à travers le pays et ce, avec la contribution de toute la population ivoirienne. L’opération dénommée ‘’Un jour, cinq millions d’arbres’’ avait été officiellement lancée, le 25 juillet, à Yamoussoukro, par le ministre des Eaux et Forêts, Alain-Richard Donwahi.

Cet objectif a été largement atteint car, à en croire le service de communication du département ministériel, ce sont un peu plus de 5,3 millions d’arbres qui ont été plantés depuis lors. Ce résultat, selon le ministère, est satisfaisant et encourageant. Il souligne que la plupart des partenaires institutionnels, techniques et financiers de l’État, ainsi que les représentants des filières agricoles et les acteurs du secteur privé et de la société civile ont pris part à l’opération du planting.

La Côte d’Ivoire a perdu une bonne partie de son couvert forestier essentiellement à cause de l’agriculture extensive. On parle de plus de 70% du couvert forestier détruit entre 1960 et 2015, passant de 16 millions d’ha à 3,4 millions d’ha.

C’est donc en vue de reconstituer ce couvert forestier perdu que le gouvernement a opté pour une nouvelle politique forestière adoptée en mai 2018 qui accorde une large place au reboisement et dont la stratégie de mise en œuvre vise à porter la couverture forestière à au moins 20% du territoire national à l’horizon 2030 contre les 10% environ actuel, soit un accroissement de trois millions d’ha en préservant l’existant.

Depuis trois ans, la journée nationale de la paix, instituée le 15 novembre, est consacrée à la Journée de planting d’arbres. Elle devrait voir se tenir une action d’envergure en faveur de la reconstitution du couvert forestier. Ça devrait être aussi l’occasion pour le ministère des Eaux et Forêts de s’indigner officiellement de l’abattage massif des arbres pour barrer les routes lors des récentes manifestations des parties de l’opposition.
Emmanuel Oké