Recherche de la Paix : Obama refuse le Prix Houphouët-Boigny

0
288
Barack Obama a refusé de réceptionner le Prix FHB pour la Recheche de la Paix

En 2014, le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la paix avait été attribué au désormais ex-Président des Etats-Unis, Barack Obama. Mais, ce dernier a purement et simplement réfusé de recevoir le prix. C’est ce qu’a révélé, le lundi 26 juin 2017, Joaquim Chissano, le président du jury du prix, en marge de la cérémonie d’attribution de l’édition 2017, à Paris.

« Les membres du jury ont observé les actions de paix que Barack Obama a posées dans la région des Caraïbes, et surtout son rapprochement avec Cuba. Son action aussi pour l’accès aux soins de santé aux populations les plus défavorisées des États-Unis. C’est tout cela qui a conduit l’ensemble des jurés du Prix Félix Houphouët-Boigny à porter leurs choix sur sa personne. Mais il a refusé en nous indiquant simplement que ce n’était pas le moment pour lui d’accepter un tel Prix » a révélé Joaquim Chissano.

Précisons que, depuis 2013, le Prix Félix Houphouët-Boigny n’avait pas été attribué. Selon Joaquim Chissano, Barack Obama avait été choisi après (Où François Hollande a reçu le prix. Ndlr), le prix FHB n’a plus été attribué.

Pour cette année,  le choix du jury s’est porté sur l’ONG SOS Méditerranée et sur l’ancien premier magistrat de la ville de Lampedusa. Ceci, en raison « de ce qu’elles font d’extraordinaire dans la méditerranée, en portant secours au migrants et réfugiés», a expliqué Joaquim Chissano en conférence de presse. Les récipiendaires ont marqué leur fierté de recevoir ce Prix onusien qui porte le nom du père de la nation ivoirienne. Giuseppina Nicolini, la représentante de l’ONG SOS Méditéranée, a souligné que ce prix la renforçait dans son engagement à militer davantage pour le respect des Droits de l’Homme à travers le monde. Elle a lancé une alerte au sujet de l’axe méditerranéen Lybie-La Sicile « C’est la route de l’exil la plus meurtrière de toutes les routes. Trois quarts des morts sur les routes de l’exil se font sur l’axe Lybie- La Sicile ».

Charles Koné