Présidentielle 2020 : invité à intégrer le PDCI –RDA, sa plateforme et l’EDS déchirent la nouvelle CEI et exigent une CEI consensuelle

0
515

Durant deux heures de temps, le gouvernement par le ministre Sidiki Diakité a reçu le PDCI-RDA et ses alliés au ministère de l’Intérieur, pour la réouverture du dialogue gouvernement-opposition sur la CEI. Objectif, intégrer la nouvelle commission électorale indépendante (CEI), le PDCI-RDA d’Henri Konan Bédié et la plateforme gbagboïste EDS .  Et contre toute attente, proposition leur a été faite de désigner séance tenante leurs représentants à la CEI. Au terme de la rencontre  les opposants ont décliné l’offre, opposant au gouvernement un triple refus (Non, non, et non) a constaté infoline.ci

Pour le  PDCI-RDA , sa plateforme et EDS il faut un vrai dialogue tripartite et la mise en conformité de la nouvelle CEI aux normes internationales selon l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

Et prenant la parole à l’issue de la rencontre avec le gouvernement à laquelle participaient au nom de l’opposition significative le PDCI et ses alliés à savoir le RPP, L’URD, l’USD, le RPCI, Danielle Boni Claverie, porte-parole des partis de l’opposition, a salué la volonté du Président de la République et du gouvernement à poursuivre le dialogue concernant la CEI et tous ses aspects, à savoir le découpage électoral, le code électoral.

« Nous prenons acte de la main tendue du gouvernement puisque le ministre nous a convié à venir à une séance d’échanges. Ces échanges ont été francs, ils n’ont peut-être pas été fructueux totalement mais ils ont même été conviviaux. Je peux vous dire le PDCI-RDA et ses alliés, du fait de la cohérence de leur position, n’enverront pas un représentant à la commission centrale », a déclaré madame Danièle Boni Claverie.

« La main qui a été tendue, nous la saisissons mais nous continuerons bien sûr avec un certain nombre de positions qui sont parfois un peu divergentes notamment sur l’interprétation de l’arrêt de la Cour africaine des Droits de l’Homme mais il y a d’autres points où nous pourrons véritablement, dans l’intérêt de la nation, chercher un consensus », a-t-elle précisé

Notons que  la  faction dissidente  FPI d’Affi N’guessan  a dit oui à la CEI non consensuelle au sortir d’une rencontre.

Carlos .A.M