Municipales 2018 : Le scrutin annulé à Port-Bouët

0
698

Municipales 2018 : Le scrutin annulé à Port-Bouët
Après 3 jours d’angoisse et d’anxiété, la commission électorale indépendante (CEI) a tranché ce lundi soir, les élections municipales dans la commune de Port-Bouët seront reprises. Motif invoqué, Au moment où « la commission électorale communale 1 de Port-Bouët s’apprêtaient à compiler les résultats, des individus ont fait irruption dans la salle et ont méthodiquement détruits tous les procès verbaux entreposés en ces lieux rendant ainsi toute compilation impossible ». Le scrutin est donc annulé dans la circonscription électorale de port-Bouët et conformément à l’article 160 du code électoral, la commission électorale indépendante va procéder à l’organisation de nouvelles élections municipales dans un délai d’un mois. Il appartient au Gouvernement de fixer la date de la reprise des élections par décret en conseil des ministres sur proposition de la CEI.

Il est bon de souligner que cette décision de la CEI, même si elle ne donne pas satisfaction à tout le monde, a le mérite de faire baisser la tension entre les différentes factions rivales. D’autant plus que des militants et partisans, chauffés à blanc, avaient été mobilisés avec pour consigne d’empêcher par tous les moyens que des victoires auto-proclamées ne soient « volées ».
Plusieurs leçons sont à tirer de ce scrutin. D’abord, La recomposition du paysage politique au plan national, s’est faite sentir à Port-Bouët. Aussi, une frange des militants du PDCI, ceux du FPI et les dissidents du RDR (Soroïstes) ont fait front commun contre le candidat du RHDP, le ministre Siandou Fofana. Ensuite, contrairement aux propos courtois et de bon aloi qui ont marqué le début de campagne, la tension est montée crescendo pour faire place à des actes bellicistes et à des invectives, voire des injures et autres propos calomnieux.
Au delà du saccage de certains bureaux de vote, de la destruction des PV de la CEI 1 et du regrettable incident pour le contrôle du terrain de Gonzagueville, il n’y a pas eu de brouilles significatives dans la commune balnéaire.
A noter également que les réseaux sociaux sont devenus l’exutoire de personnes en mal d’exhibitionnisme. Cachés sous des avatars, ils se sont donnés à cœur joie dans les propos haineux et les injures, jouant les pyromanes à coût de mensonges.
Bref, dans la commune de Port-Bouët, un village où pratiquement tous se connaissent, la compétition électorale peut se dérouler à la loyale. Il y a possibilité de jauger les programmes des candidats, faire son choix selon leurs charismes ou la chapelle politique défendue, sans pour autant en vouloir à son voisin parce qu’il épouse une autre vision. Malgré les enjeux, la compétition électorale peut se dérouler avec un minimum d’éthique.
Pour rappel, il faut souligner qu’à Port-Bouët, les principales listes qui s’affrontent dans le cadre des élections municipales, sont respectivement conduites par le ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana pour le compte du RHDP, et le Dr Emmou Sylvestre pour le PDCI.

C’est donc reparti pour un nouveau mois de pré-campagne et de campagne électorale. Point de repos pour les candidats qui ont pu mesurer l’effectivité de leur poids au sein de la population électorale. Il s’agit à présent de vaincre les poches de résistance et de consolider les positions acquises. Rendez-vous est pris dans un mois pour connaitre le nouveau maire de Port-Bouët.
Richard Niamba