Municipales 2018 à Port-Bouët : L’histoire de l’invalidation d’un scrutin

0
265

Municipales 2018 à Port-Bouët : L’histoire de l’invalidation d’un scrutin
La population électorale de Port-Bouët, à l’instar de celle des communes et régions de toute la Côte d’Ivoire, a été invitée, le samedi 13 octobre dernier, à choisir la liste qui conduira les destinées de la commune balnéaire les cinq prochaines années. Après deux jours d’insupportable attente, la commission électorale indépendante (CEI) a invalidé le scrutin pour cause d’actes de vandalisme ayant empêché la compilation des résultats de la CEI 1 locale. Une décision sage qui met fin à toutes les supputations et qui relève les nombreuses irrégularités et incidents qui ont entaché la sincérité du scrutin. Malgré les cris d’orfraie de certains candidats, il ne pouvait en être autrement.
Déjà, au soir des élections, chaque camp des principaux candidats en lice à Port-Bouët a proclamé sa victoire. Le RHDP a revendiqué la victoire avec un taux de 68,7%, quant du côté du PDCI-RDA, on s’attribuait la victoire avec un écart de 7000 voix, qui s’est progressivement amenuisé pour se situer à un peu plus de 4000 voix.
Pour en revenir à l’organisation du scrutin, tous s’accordent pour dire que plusieurs bureaux de vote n’ont ouvert leurs portes que dans l’après-midi. Le droit de vote des électeurs dans certaines localités de la commune n’a pas été respecté. D’aucuns parlent de 17 bureaux de vote qui n’ont pas du tout ouverts, quand d’autres dénombrent ce chiffre à 19. Toujours est-il que de nombreuses personnes n’ont pu exercer leur droit de vote. Entorse grave aux libertés fondamentales du citoyen.
Après la fermeture des lieux de vote, plusieurs incidents ont éclaté. Chaque camp accusant l’autre d’avoir orchestré la destruction des procès-verbaux (PV) des résultats de certains bureaux de vote. Le constat est que des PV ont été détruits.

Au niveau de la CEI 1, où la Présidente, Dame Koudouho Hortense est accusée de fraude, tricherie et collusion avec le camp du PDCI-RDA, car surprise en train de remplir des PV fictifs dans son bureau, Gervais Coulibaly, Préfet hors grade et 2ème vice-président de la CEI, en charge de Port Bouet donne les causes de l’annulation du scrutin « Dans notre cas à Port Bouet, j’ai attendu, ils n’ont pas pu faire la compilation samedi soir. Ils m’ont fait comprendre qu’ils avaient été attaqués samedi soir, ils se sont dispersés. Dimanche, c’est moi qui ai envoyé auprès d’eux, la sécurité, afin de procéder à la compilation parce qu’ils étaient tous attaqués, abandonnant PV et tout ce que vous pouvez imaginer. Déjà ce n’est pas une bonne chose parce qu’une fois qu’on abandonne les procès-verbaux, pour nous, on commence à ne plus pouvoir faire confiance à ces procès-verbaux parce qu’ils peuvent avoir été manipulés d’une manière ou d’une autre. » Comment dans ces conditions la Présidente de la CEI 1 peut-elle tenter de faire valider des résultats ?
Au vu de tout ce qui précède, il va sans dire que la commission électorale indépendante ne pouvait que prononcer l’invalidation de scrutin à Port-Bouët, où visiblement la sincérité des élections municipales est couverte d’un manteau trouble fait d’irrégularités, d’incidents, de suspicion de fraude et tricherie, et de partialité. Rendez-vous dans un mois avec des commissions électorales indépendantes locales plus intègres et compétentes.
Richard NIAMBA
richniamba@gmail.com