LUTTE CONTRE LA DROGUE : Le président du Conseil national des jeunes de Marcory interpelle « La consommation de drogues … conduit à la destruction de la société »

0
634

LUTTE CONTRE LA DROGUE : Le président du Conseil national des jeunes de Marcory interpelle
« La consommation de drogues … conduit à la destruction de la société »
Des substances licites ou illicites, les drogues sont le quotidien de bien de personnes dont des jeunes en Côte d’Ivoire et dans le monde entier. Ces substances ont un effet néfaste sur le physique ou le psychisme du consommateur. En vue de lutter contre l’abus et le trafic de drogues, l’assemblée générale des nations unies a décidé en 1987 de réagir face au fléau que représentent les drogues. Une journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite de drogues a été instaurée à la date du 26 juin. Cette journée est destinée à sensibiliser les populations aux risques encourues lors de la consommation de ces substances. A la faveur de cette journée célébrée le 26 juin dernier, le président du Conseil national des jeunes de Marcory Guy Joris Doho est monté au créneau. Selon lui « Le commerce de drogue bien que pouvant générer des moyens est un commerce illégal qui est sévèrement puni par la loi … Rien ne justifie pour un jeune de s’adonner au trafic de drogues ». A en croire Guy Joris Doho, la consommation de drogues entraîne une perte des valeurs qui conduit à la destruction de la société. Le président du conseil national des jeunes a par ailleurs les actions menées dans la lutte contre l’abus et le trafic de drogues dans le milieu scolaire et universitaire. « Nous sommes à une phase de sensibilisation de notre jeunesse sur les méfaits de la drogue, la sensibilisation des parents, la lutte contre le chômage, le renforcement du système éducatif. » il a poursuivi en saluant l’action du gouvernement dans la destruction des fumoirs à Marcory et dans le District d’Abidjan. « Nous en tant que jeune, c’est de continuer à sensibiliser nos frères et à faire des plaidoyers auprès de nos autorités, nos décideurs pour régler ce problème une bonne fois pour toute » a-t-il soutenu.
Stéphane Loboué