Librairie Carrefour : l’écrivain Geoffroy-Julien Kouao fustige la mauvaise gestion de l’administration.

0
99

L’INTELLECTUEL ET ECRIVAIN IVOIRIEN, GOEFFROY JULIEN KOUA, POINTE DU DOIGT UNE REALITE POLITIQUE, QUI PARTICIPE DE LA MAUVAISE GOUVERNANCE DANS SA DERNIERE CONFERENCE DEBAT Organisée A LA LIBRAIRIE CARREFOUR, POUR LA DEDICACE DE SON TROISIEME ESSAI LITTERAIRE DE 81 PAGES SORTI A PLUME HABILE EDITIONS « 2020 OU LE PIEGE ELECTORAL ? »

C’est face à un publique constitué pour la circonstance d’avocats, de journalistes, de philosophes, de sociologues, d’acteurs de la société civile et la liste n’est pas exhaustive qu’il dresse le constat d’un gaspillage des fonds publics.

Aux dires du penseur, il est d’une notoriété publique, que chaque cinq ans, le peuple de Cote d’ivoire est appelé à renouveler sa classe politique. A cela, un recensement général est mise en œuvre sur le territoire ivoirien afin de recenser les jeunes en âge de voter, soit « 18 ans » selon la législation ivoirienne. Un budget colossal est alloué pour la circonstance.  En 2018, par exemple « la révision de la liste électorale a couté 4.6 milliard de nos francs » tandis que la jeunesse, confrontée au difficile problème de l’employabilité vit dans des conditions de vie miséreuse. «  Pourquoi faire compliquer ce qui simple ? » s’interroge t-il dans un excès d’indignation.

A l’en croire,  le budget alloué au recensement Général de la Population représente un manque à gagner ou plus explicitement un gaspillage de fond publique avec la fin un résultat « en deçà des attentes. »

Car, en « cote d’ivoire les nouveaux majeurs boudent l’inscription sur la liste électorale. Pour preuve en 2015, ce sont 6 300 142 qui étaient inscrites sur la liste électorale. »  Alors que sur celle de 2010 « 5.7 millions de personnes étaient inscrites. »   En effet, le dernier recensement de la population, en occurrence, celui de 2014, faisait état de 8 à 9 millions de majeurs, soit, une estimation de « 2.3 à 3.3 millions de nouveaux électeurs potentiels qui ne se sont pas inscrits. »

Dans ces conditions, Julien Geoffroy  fait la proposition audacieuse de la confier aux « communes et sous-préfecture » qui détiennent  depuis des lustres, les registres de naissances. La loi pourrait confier à ces collectivités territoriales, la compétence de l’organisation de la révision de la liste électorale. Ainsi, chaque année les jeunes qui constituent les majeurs en âge de voter sont automatiquement inscrites sur la liste électorale à l’image des grandes démocraties comme la France et les Etats-Unis.

Cela participe bien évidemment de la bonne gouvernance !!! Et ces fonds à alloué à pourrait être judicieusement investi dans l’éducation ou l’insertion professionnelle des jeunes.

« Le rôle de l’intellectuel consiste à construire l’utopie, au politique d’en donner la forme pour en faire une réalité »  extrait de la préface dudit auteur.

  Kouassi kouakou Alexis