Inondation de Grand-Bassam : les opérateurs économiques et touristiques impactés par la crue des eaux de la lagune, pleurent leur espace de détente

0
148

Depuis plusieurs semaines la ville touristique connait une catastrophe naturelle sans présidente. En effet, Grand-Bassam  et sa population sont sous les eaux du à une crue et à une inondation de  la lagune. Ce drame a causé d’énormes préjudices aux opérateurs économiques et touristiques. Les espaces détentes et  de divertissements  placés sur les abords de la baie lagunaire du village de Moossou  ont été inondé. Selon  Kouassi Denis, fondateur de l’espace OBV et les autres propriétaires des restaurants, des maquis en bordure de la lagune ont indiqué que la montée des eaux a déraciné les installations, emportant des chaises.  Et le préjudice subi en deux semaines d’inactivités   avoisine une dizaine de millions nos F Cfa

«  Ma recette journalière à OBV tourne autour de 200000fCfa et  1 million  500. 000  à  2 millions de Fcfa de nos francs par week- end » a indiqué Kouassi Denis le propriétaire  du coin  et d’ajouter  «  aujourd’hui  tout est arrêté. Les habitations de mes travailleurs sont inondées. Donc je suis dans l’obligation de les  soutenir en les  logeants et  je continue de les  payer »

Pour le  président des hôtels et restaurants de Grand-Bassam (Horest)  Ouattara Laciné Alhassan la solution aux problèmes des Bassamois est l’ouverture  de l’embouchure. Profitant de notre incursion à son établissement hôtelier, wharf hôtel  le président a proposé aux autorités gouvernementales un plan Marshall pour la première capitale, Grand-Bassam.  Selon lui en moins de trois ans Bassam a subi deux tristes événements, à savoir  l’attaque djihadiste, et une inondation. « Pour les préjudices subis dans notre zone. Nous  souhaitons une exonération des taxes et impôts ainsi que celle concernant les factures  de l’eau et l’électricité, » a laissé entendre Ouattara alhassan

Carlos Mombohi Alléluia