GRAND-BASSAM / PRIX 2019 ‘’DU CITOYEN ÉMÉRITE’’ DE LA GESTION DE LA CRISE DES INONDATIONS : LE TRAVAIL DES BÉNÉVOLES ET DE LA PRESSE OUBLIÉ.

0
39

À l’initiative du conseil municipal de Grand-Bassam et sous la présidence du préfet du département, un prix dénommé ‘’prix du citoyen émérite de Grand-Bassam’’ récompensera chaque année les citoyens qui se seraient illustrés au cours de l’année dans l’accompagnement du développement local et dans des actions en faveur de la paix et la cohésion sociale à Grand-Bassam.

Notons que cette première édition, qui a donné son verdict lors de la double cérémonie de présentation des vœux et de distinction du citoyen émérite, a été consacrée aux citoyens qui se sont particulièrement investis dans la gestion de la crise des inondations qu’a connue la ville historique en octobre et novembre 2019. À ce titre ont reçu le prix ‘’citoyen émérite de Grand-Bassam’’ pour l’année 2019 :

-SEM le vice-président Daniel Kablan Duncan

-SEM le premier ministre Amadou Gon Coulibaly

-monsieur le préfet du département de Grand-Bassam et le corps préfectoral représenté

-La paroisse cœur immaculée de Marie d’impérial

-Centre islamique FatimaZahara

-Le conseil municipal de Grand-Bassam

-Le secrétariat d’état chargée l’enseignement technique et de la formation professionnelle

-Centre de secours d’urgence de Grand-Bassam

-Le Comité locale de la croix rouge de Grand-Bassam

-L’ensemble des services de la mairie (services techniques, socioculturels…)

Interrogé, monsieur Niamkey Serge, un habitant dénonce les incohérences du prix  »on ne peut pas être juge et parti » parlant du prix attribué au préfet et conseil municipal respectivement organisateurs et président dudit prix. Monsieur Albert KESSI souligne les incongruités des prix décernés au vice-président et au premier ministre ‘’l’action de ces autorités étaient inscrites dans le cadre de la compassion du gouvernement…je ne comprends pas comment on peut attribuer un prix pour ça’’ a-t-il martelé.

Notons également que le travail des valeureux bénévoles mobilisés, sur appel du maire, pour secourir les populations sinistrées et celui de la presse locale à été passé sous silence.


OULAI HUBERT