Face à la dissidence : Le Bureau politique du MFA réaffirme son soutien à Anzouma Moutayé

0
440
Anzoumana Moutayé, le président du MFA, a le soutien des Délégués régionaux et départementaux de son parti

Le Mouvement des forces d’avenir (Mfa), tendance Anzoumana Moutayé, était réuni en bureau politique le samedi 14 avril 2018 à son siège, sis à Abidjan (Cocody-Angré 22e Arrondissement). Ce Bureau politique élargi aux Délégués Régionaux, Départementaux, Sous-préfectoraux, aux Délégués Communaux ainsi qu’aux Secrétaires de section. Au terme des travaux, ils ont condamné la dissidence au née dans le parti en août 2017 et exprimé leur soutien au président Anzoumana Moutayé. Ci-dessous, l’intégralité de la déclarerions.   

Depuis le 26/08/2017, un groupe de militants conduit par Ouattara Siaka a organisé un prétendu Bureau Politique à l’Hôtel Niable (Cocody), à la suite duquel, il dit avoir désigné Ouattara Siaka comme Président intérimaire du Parti.

A-  SUR LA FORME

Selon les textes de notre Parti, un Bureau Politique est régulièrement convoqué soit à l’initiative du Président du Parti, soit à la demande des 2/3 des membres statutaires.

En ce qui concerne sa convocation par les membres statutaires, il faut une pétition des 2/3 des membres statutaires, comportant convocation de l’assemblée et naturellement avec précision de l’ordre du jour.

La convocation du Bureau Politique du 26/08/2017 n’a nullement respecté toutes ces dispositions. En plus, Ouattara Siaka et ses amis ont fait du faux en établissant une liste fictive sur laquelle ils ont signé à la place de plusieurs délégués.

B-  SUR LE FOND

Selon les textes qui fondent notre Parti, le Bureau Politique n’a pas compétence à suspendre le Président du Part. Mieux, les sanctions à l’encontre d’un militant, lorsque cela est nécessaire, se déroulent dans un cadre strictement règlementé, comprenant une saisine du Conseil de Discipline et l’audition de l’intéressé, avant toute décision (Art 21, alinéa3 et Art 27, alinéa 2, des  Règlements intérieurs). Nous constatons que là encore, ses dispositions ont été royalement ignorées par les dissidents.

C’est pourquoi, au lendemain de ce prétendu Bureau Politique, nous, Délégués Régionaux, Délégués Départementaux, Délégués Sous-préfectoraux, Délégués Communaux et Secrétaires de section, avons condamné cette forfaiture et avons réaffirmé notre soutien au Ministre Moutayé, Président statutaire du Parti.

En plus, lors de la convention du 1er octobre 2017 à Yamoussoukro, toutes les instances du Parti, ainsi que les Délégués et les Secrétaires de section ont apporté de nouveau leur soutien au Président Moutayé et lui ont donné mandat pour participer aux travaux de mise en œuvre du Parti Unifié.

Au moment où le Président Moutayé s’employait à ramener la paix et la sérénité au sein du Parti, Nous avons été surpris, d’apprendre à travers la presse et les réseaux sociaux, que Ouattara Siaka et ses amis, ont ténu un congrès extraordinaire électif à Bondoukou, le dimanche 25 mars 2018en violation flagrante des textes du MFA.

En effet, le Statut et les Règlements Intérieurs qui constituent la loi fondamentale de notre parti, définissent les conditions d’organisation d’un congrès. A savoir:

1-  l’Article 17.1 du Statut qui définit, les membres statutaires du congrès ;

2-  l’Article 17.3 du Règlement Intérieur qui fixe les conditions d’organisation d’un congrès à savoir la convocation préalable d’un Bureau Politique pour :

–        la mise en place du Bureau du Congrès ;

–        la définition de l’ordre du jour ;

–        la fixation de la date et du lieu du Congrès ;

–        la convocation des membres statutaires d’autre part.

Au regard des dispositions ci-dessus  mentionnées, nous, Délégués régionaux, membres du Bureau Politique et membres statutaires du Congrès, n’ayant pas été conviés aussi bien à la préparation qu’à la participation du congrès extraordinaire électif organisé le 25 mars 2018, à Bondoukou par Ouattara Siaka et ses camarades dissidents, déclarons que nous ne nous reconnaissons ni de près ni de loin dans ce soit disant congrès qui n’a réuni que 2% des membres statutaires au regard des chiffres communiqués par l’ensemble des délégués réunis ce jour.

Par conséquent nous :

–        demandons aux autorités administratives (ministère de l’intérieur) de ne pas reconnaitre ce congrès illégal et illégitime organisé en violation des textes qui régissent le Parti,

–        saluons et félicitons le Président de la République Alassane Ouattara, Président d’honneur du RDR et son ainé Henri Konan Bédier, Président du PDCI-RDA, président de la conférence des Présidents du RHDP, pour leurs initiatives en faveur de la consolidation du RHDP et de la création du Parti Unifié ;

–        demandons au Président du Parti de prendre les dispositions prévues par nos textes pour sanctionner les auteurs de cette forfaiture.

–        réaffirmons notre soutien indéfectible au Président AZOUMANA MOUTAYE, Président du Parti au regard de nos textes et des lois en vigueur et lui demandons de continuer à œuvrer pour la redynamisation du Parti.