Election partielle à Grand-Bassam : La CEI prépare-t-elle un autre holdup ?

0
1005

Election partielle à Grand-Bassam : La CEI prépare-t-elle un autre holdup ?
Dans le cadre d’une réunion de sensibilisation et d’information la Commission Electorale Indépendante départementale avec à sa tête la coordonnatrice du sud-Comoé de la CEI, Yoli Bi Margueritte et les agents de ladite commission ont reçu au centre de culture Jean Baptiste Mockey les forces vivent de la commune historique, les représentants des quatre candidats et la presse.
A cette occasion, la coordonnatrice régionale de la CEI a présenté la nouvelle équipe qui va gérer les élections partielle du 16 décembre 2018 Grand-Bassam. Selon Mme Yoli Bi Margueritte, portée-disparue lors de la proclamation des résultats des précédentes élections du 13 octobre 2018 << certains agents de la CEI locale ont désisté et certains indisponibles. On a fait appel à des agents de la CEI d’Adiaké de Bonoua en un mot de la région du sud-Comoé.>> le comble la coordonnatrice de la CEI qui avait refusé de proclamer les résultats lors du scrutin du 13 octobre dernier sera aidée cette fois-ci par un magistrat et coordonnatrice de la CEI du Gonkani et Gontougo, Mme Yéo Rosalie. Selon nos investigations ce magistrat chevronné aurait participé avec maestria au holdup électoral du candidat du Rhdp, Adjoumani Kouassi Kogenan face au challenger Serge Vremen du PDCI-RDA. Une élection qui a laissé une ancre indélébile dans la région de Gontougo. Selon des sources proches du candidat du Rhdp, le concepteur ‘’sur les traces d’Houphouët Boigny, Adjomani Kouassi Kobenan réside depuis samedi à Bassam avec toute la machine du holdup du Gontougo. Que cherchent-ils ? Que resserve la Commission Electorale Indépendante en associant le duo Yoli Bi Margueritte et Mme Yéo Rosalie ? Seraient-elles entrain de ficeler un autre holdup à Grand-Bassam ? Une chose est claire, les barons du Rassemblement des Houphouetistes pour la paix et des ministres sont à Bassam. Ils seraient entrain de distribuer des billets de banque aux chefs des communautés résidents.
Une pseudo transparence
La commission électorale Indépendante de la région fait son mea-culpa. Elle promet quitter les locaux de la préfecture de Bassam. Selon, Yoli Bi Margueritte, le dépouillement des élections partielles sera public et projeté sur écran géant.
Emmanuel okéchuwu