Dj Arafat, depuis Paris : « Je rentre à Abidjan jeudi pour répondre à la justice de mon pays»

0
540

C’est décidé. Arafat Dj sera à Abidjan demain jeudi 21 juin 2018. C’est l’artiste lui-même qui l’a annoncé dans une vidéo qu’il a posté sur les réseaux sociaux. « Je dis à la Chine populaire (ses fans en Côte d’Ivoire. Ndlr) que rentre au pays le jeudi 21 juin 2018. Je rentre avec le vol Air France. Je ne sais pas à quelle heure je vais atterrir. Mais, je serai dans mon pays ce jour-là. Je rentre pour faire démentir tous ceux qui m’ont traité de lâche. Je ne suis pas un lâche. Je rentre pour répondre à la justice de mon pays. La justice de mon pays a demandé à m’entendre. Je rentre pour me faire entendre. Mes avocats sont prêts pour faire le travail», a-t-il annoncé avec fracas.

Arafat a en effet été condamné par la justice ivoirienne, en mai 2018, à 12 mois de prison ferme à sortie d’une amande de 20 millions F CFA,  pour avoir tabassé un de ses poulains (Marc Régis Naï) et exposé les images sur les réseaux sociaux. “Beerus Sama“, comme il se fait surnommer, a été traduit devant la justice depuis mars 2018, par le père du jeune homme tabassé. Il se verra ainsi infliger cette peine, alors qu’il se trouvait n France. Ce, après un logue procès 4 fois repoussé.

Arafat demande à ses fans de venir l’accueillir à l’aéroport

Avec cette annonce donc, Arafat décide de revenir au pays, après avoir, un temps, annoncé qu’il resterait définitivement en France. Dans la vidéo, le roi du Coupé Décalé n’a pas manqué d’inviter ses fans à effectuer nombreux le déplacement à l’aéroport FHB de Port-Bouët pour l’accueillir. Il leur promet à l’occasion, un show. « J’invite la Chine populaire à venir massivement à l’aéroport pour m’accueillir. Nous allons transformer l’aéroport en une zone de concert. On va faire le show. Venez nombreux, mes fans. Mais, venez dans la discipline et dans l’ordre. Pas de dégâts. Nous devons faire fête. Venez pour qu’on fasse le show. Et vous m’accompagnerez jusqu’à chez-moi à la maison », a-t-il invité.

Ange Kassavugu, Correspondant à Paris