Côte d’Ivoire : Que prépare le président Alassane Ouattara ?

0
337
le numéro un Ivoirien

En Côte d’Ivoire, depuis le remaniement à la tête des forces de sécurité, un préfet a aussi été installé à la tête des mairies du Plateau et de Port-Bouët. À la mairie du Plateau, le centre des Affaires d’Abidjan, M. Toh-Bi Irié préside une délégation spéciale de sept membres. Cette équipe, composée d’administrateurs de la fonction publique et du corps préfectoral, a été installée par Nassa Dacoury, inspecteur au ministère de l’Intérieur et de la sécurité.
Le préfet d’Abidjan a installé à la tête de la délégation spéciale de Port-Bouët conformément au dispositif légal qui exige que ce poste soit conduit par le préfet du département. L’administration a le souci d’assurer la continuité du service public, a soutenu M Zoguehi. Pour la commune de Port-Bouët, cette délégation spéciale est installée en raison d’un recours en annulation introduit par le candidat de la coalition au pouvoir après l’élection municipale partielle du 16 décembre 2019. Cinq mairies ont été mises depuis le 1er janvier 2019 sous administration de délégations spéciales : Booko, Grand-Bassam, Plateau, Port-Bouët et Rubino.
D’un autre côté, le général Lassina Doumbia s’est officiellement installé dans son fauteuil de nouveau Chef d’État-major général des armées de Côte d’Ivoire. Il a affirmé que «L’armée ivoirienne doit pouvoir donner l’exemple de l’union, de la discipline et de l’ardeur au travail». «Mon seul but durant mon temps de commandement: agir pour que nous soyons fiers d’être des soldats et pour que la nation ivoirienne soit fière de son armée», a-t-il révélé.
Pour y arriver, il indique que «l’autorité reste nécessaire pour maintenir la discipline entre les hommes». Tout de même, il assure que cette autorité «doit en même temps garantir les droits de chacun. Notre armée n’a pas d’autre choix que de se remettre en ordre», a-t-il souligné. La cérémonie a enregistré également le passage du témoin entre le nouveau et l’ancien patrons de la gendarmerie. «Je serai intransigeant à tout manquement aux valeurs de la République», a indiqué, pour sa part, le nouveau Commandant supérieur de la gendarmerie national, le général de Brigade Alexandre Apalo Touré. Au sein du peuple, et même au sein de l’armée les division se font de plus en plus ressentir entre les pro-Gbagbo et les pro-Ouattara.
Au sujet de Laurent Gbagbo, certaines figures politiques, comme le fils de Lumumba depuis la RDC ou encore l’ancien Premier ministre togolais, Joseph Koffigoh, ont déclaré que le temps était venu pour la CPI de libérer Laurent Gbagbo.
Le président actuel, Alassane Ouattara l’avait annoncé, il ne se représentera pas aux élections présidentielles de la Côte d’Ivoire en 2020. Mais visiblement, il prépare le terrain pour la libération de l’ex-président Laurent gbagbo, toujours détenus à la CPI. Selon certaines sources, la libération de l’ancien président Gbagbo est très attendue en Côte d’Ivoire, et l’ancien président a une cote de popularité intacte. Certains experts viennent à penser, que tant que l’actuel président Alassane Ouattara n’aura pas entièrement balisé le terrain, et fait en sorte que les partisans de Gbagbo ne sont pas maîtriser, la libération n’aura pas lieu.
Source :pressTv