Côte d’Ivoire: les résultats des élections locales perturbent la fête de l’Abissa

0
339
l'entrée du palais du royaume N'Zima

Côte d’Ivoire: les résultats des élections locales perturbent la fête de l’Abissa
En Côte d’Ivoire, la grande fête de l’Abissa n’a pas eu lieu ce 10 novembre à Grand-Bassam, cité balnéaire située à une trentaine de kilomètres d’Abidjan. Cette fête traditionnelle très populaire dans le pays marque le nouvel an du peuple N’Zima et doit notamment permettre d’éloigner les calamités. Elle devait au départ se tenir fin octobre et durer une semaine mais son organisation a été repoussée en raison du contentieux qui a suivi les élections locales du 13 octobre. Un mois plus tard, les dissensions restent vives.
Les rues étaient sans embouteillages et des forces de l’ordre étaient déployées en nombre au quatre coin du quartier France de Grand-Bassam, à une trentaine de kilomètres d’Abidjan ce samedi 10 novembre en Côte d’Ivoire. Dans les maquis clairsemés, rares sont ceux à s’être maquillé de kaolin, comme il est de coutume pour l’Abissa, le Nouvel an du peuple N’Zima.
Car la ferveur n’est pas au rendez-vous cette année. En cause, le roi de Grand-Bassam, Awoulae Tanoé Amon, accusé par une partie de la population d’avoir pris fait et cause pour le candidat du pouvoir lors des élections locales. « Nous sommes fâchés contre toi le roi, s’écrie Nathalie, une habitante. L’Abissa, c’est une fête de réjouissance. C’est parce qu’il y a de l’harmonie que l’on fait l’Abissa. Maintenant, si nous la jeunesse sommes fâchés, cela sert à quoi de faire l’Abissa ? »
En dépit des tensions, une cérémonie devait se tenir au moins pendant deux heures ce samedi. En fin d’après-midi, les tambours n’ont raisonné que pour une vingtaine de minutes. Le peuple n’a pas dansé et le roi contesté n’est finalement pas sorti de son palais pour le saluer.
Ne pas mêler culture et politique
Malgré tout, pour Jean-Baptiste Amichia, le président du comité d’organisation, le minimum a été fait pour préserver le rituel traditionnel et permettre la tenue de la fête l’année prochaine. « Le peuple est protégé, nous avons fait le nécessaire, déclare-t-il. Le tam-tam a joué. Ils ont fait les trois tours. Ils ont joué les différents rythmes. Aujourd’hui, malheureusement, nous ne pouvons pas dire que nous avons eu la partie festive de l’Abissa mais la partie traditionnelle a été respectée ».
Sur la place de l’Abissa déjà vide, Grégoire, un étudiant venu d’Abidjan, est déçu. « On nous a dits à la télévision que l’Abissa était aujourd’hui. On vient et on constate que ce n’est pas le cas, déplore-t-il. Nous sommes vraiment écoeurés. La politique et la culture, ce sont deux choses qui ne doivent pas s’assimiler. C’est pas bon pour la population ivoirienne ».
Parmi les autres grands déçus, on trouve également les commerçants de la ville. Chaque année, la semaine de l’Abissa attire en effet des milliers de visiteurs.
Source :RFI