Affrontements inter-communautaires à Béoumi : Plusieurs blessés par balle dont le commissaire de police.

0
141

De violents affrontements entre des chauffeurs de taxi-motos, mués en violences inter-communautaires, ont fait mercredi à Béoumi plusieurs blessés par balle parmi les civils, mais aussi dans les rangs des forces de l’ordre au nombre desquels le commissaire de police de Béoumi, Klon Adolphe comme le rapporte l’agence ivoirienne de presse.

Le commissaire Klon a reçu deux balles à la jambe et au dos, quand deux autres policiers et trois gendarmes appelés en renfort de Bouaké et Sakassou ont aussi été blessés par balle.

Une personne serait décédée suite à ces affrontements d’une rare violence.

Les cinq agents de l’ordre blessés ont été évacués au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bouaké. Ils ont été blessés alors qu’ils étaient affectés à la sécurisation du marché où la tension était vive mercredi, jour de marché hebdomadaire.

Les commerces du grand marché et établissements scolaires ont dû fermer en raison des mouvements des populations qui se sont mués en affrontements inter-communautaires.

Tout serait parti, ce mercredi matin, jour de marché de la ville, d’un accrochage entre un chauffeur de taxi-moto et un autre chauffeur de taxi “Picnic’’, tous deux respectivement d’ethnies Baoulé et  »Dioula », au niveau de la pharmacie de la ville.

«L’affrontement a été déclenché par un chauffeur de taxi “Picnic’’ qui, lorsqu’il faisait une manœuvre a heurté la moto du jeune chauffeur. Et la moto s’est abîmée. C’est ainsi que le jeune l’a approché pour lui demander des comptes.

Mais le chauffeur de la voiture ne l’entendait pas de cette oreille. Il s’est ensuite suivi une violente altercation entre les deux hommes. C’est en ce moment que le chauffeur de la voiture a sorti une machette de son véhicule et a commencé à « machetter » littéralement le jeune homme», a rapporté un correspondant de presse  à Béoumi.

Transporté d’urgence à l’hôpital, le jeune chauffeur de taxi-moto, serait décédé suite à ses blessures. Une autre source informe  qu’il aurait survécu à ses blessures.

La tension restait palpable dans la ville au moment où nous mettons sous presse. Les populations quittaient la ville par centaines, craignant pour leurs vies.

Source :ivoirebusiness