4ème édition de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes : La cérémonie commémorative aura lieu le 02 novembre prochain à Grand Bassam

0
498
????????????????????????????????????

4ème édition de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes : La cérémonie commémorative aura lieu le 02 novembre prochain à Grand Bassam
Le Président de l’Organisation des Journalistes Professionnels de Côte d’Ivoire (OJPCI), Olivier Yro, était face à la presse le lundi 15 octobre dernier, au foyer des jeunes de Marcory, pour le lancement effective des activités marquant l’édition 2018 de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes.
Il ressort de cette conférence de presse que cette 4ème édition se déroulera le 02 novembre prochain, à Grand Bassam, et tout comme l’année dernière à Aboisso, la journée sera ponctuée d’une marche pacifique suivie d’une déclaration. Par la suite, des panels animés par des spécialistes dans divers domaines permettront de débattre des conditions de mise en place d’un environnement sain consacré au métier de journaliste. La thématique principale, retenue cette année, s’articulera autour de la « Nouvelle loi et l’amélioration des conditions sécuritaires du journaliste ». Il mettra à contribution des journalistes professionnels, des juristes, des directeurs généraux et le patronnât ivoirien. A côté de ce thème central, des panels porteront sur trois sous-thèmes : Nouvelle loi sur la presse et sécurité du journaliste : quelles avancées ?», puis « La Corruption : un frein à la liberté d’expression ? » et enfin «Conditions sécuritaires de la journaliste reporter en Côte d’Ivoire : Quelles garanties ? ».
Selon Olivier Yro « La famille des médias entend par cette journée œuvrer activement aux côtés de l’UNESCO, promoteur de ladite journée, de manière à infléchir la courbe funeste des quelques 800 journalistes assassinés dans la dernière décennie, avec quelques 115 d’entre eux tués dans la seule année 2015 et 123 journalistes tués en 2012, nonobstant des cas d’agressions, de torture, de disparitions forcées, de détention arbitraires, d’intimidation ou de harcèlement ». Il a aussi ajouté « nous sommes persuadés que la synergie de nos actions, à coups répétitifs, permettra d’interpeler le corpus de la Magistrature et des forces de l’ordre à plus d’égards pour cette frange vulnérable de notre société dont les cas malheureux d’enquêtes sur leurs assassinats, demeurent souvent sans issue et abandonnés ».
Pour terminer, Olivier Yro, par ailleurs Président du comité d’organisation, a souhaité une forte mobilisation de toutes les organisations professionnelles de la presse (Opm) car « les medias représentent un groupe majeur clé de la société civile. A ce titre il doit jouir d’un statut qui lui permet d’exercer librement ses activités ». Il compte ainsi sur l’implication de la société civile et celle des autorités pour une réussite de cette journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes.
Il est à noter que cette journée a été instaurée par l’Unesco en 2013 après le meurtre des journalistes français Claude Verlon et Joceline Dupond à Kidal au Mali. Cette journée revêt un caractère tout à fait particulier, d’autant plus qu’à ce jour les statistiques révèlent 56 journalistes tués depuis le début de l’année, selon Reporters sans Frontières.
Richard NIAMBA
richniamba@gmail.com