Côte d’Ivoire – Affaire Soro : Ces questions auxquelles le Procureur n’a pas apporté de réponses

0
405

Face à la presse le jeudi 26 décembre 2019, pour tenter d’apporter des éclaircis sur les faits reprochés à l’ex-président de l’Assemblé national, Guillaume Kigbafori Soro, et qui ont nécessité l’émission du mandant d’arrêt international contre lui  et l’interpellation de plusieurs de ses proches lundi, le Procureur de la république, Adou Richard, a maintenu le voile sur plusieurs aspects importants du dossier.

Lors de la conférence de presse, en effet, le procureur a fait écouter à l’assistance, un fichier audio qu’il a attribué à Guillaume Soro. Un audio dans lequel l’homme qui parle, évoque un projet de coup d’État en préparation et dont la réalisation est imminente. L’homme dit également avoir le soutien de 9 des 10 ex-commandants de zones (ex-chefs rebelles). Le Procureur de la République n’a pas dit si ces Com-Zone seraient interpellés et entendus. Vu que l’audio fait clairement mention de ce que ces chefs militaires sont impliqués  dans l’opération. Le Procureur de la république Adou Rihard a dit que le fichier audio est l’œuvre des services de renseignement généraux, sans toutefois préciser s’il s’agissait d’une écoute téléphonique ou d’un entretien piégé. Il n’a pas donné, non-plus, la date à laquelle cette enregistrement été fait ou même dit si la bande audio diffusée pendant la conférence de presse, est un extrait de l’enregistreront ou s’il s’agit de l’intégralité du fichier.

Immédiatement après la conférence de presse du Procureur de la République, l’ex-ministre Affoussiata Bamba-Lamine, porte-parole de Guillaume Soro, a répondu que l’audio datait de 2017, et qu’il s’agit d’une tentative d’espionnage mal ficelé par le pouvoir. Elle a dit que le fichier audio diffusé par Procureur de la République est inachevé et a promis la diffusion du fichier intégrale, dans les jours à venir.

Précisons que Guillaume Soro est accusé de tentative d’attentat à la sûreté de l’Etat et à l’intégrité du territoire. Des faits pour lesquels l’ex-premier ministre  encoure, selon le procureur Adou Richard, la prison à vie. Il est aussi poursuivi pour des faits de détournement présumé de denier publics.

Theodore Makoko